Cimetière communal

La ville de Pantin a tenu à conserver un cimetière communal pour que chacun puisse être enterré là où il a vécu. Le cimetière permet de se recueillir sur la tombe d'un proche, d'organiser sa propre inhumation ou celle d'un parent, d'effectuer des recherches généalogiques. Le Pôle Population Funéraire est à la disposition des Pantinois pour toute information ou conseil.

Organiser des obsèques

Au décès d'un proche, les principales démarches administratives à effectuer dans les premiers jours sont :

  • la déclaration du décès auprès de la mairie du lieu de décès
  • La demande de permis d'inhumation à la mairie du lieu des funérailles.

Ces démarches doivent avoir lieu 24h après le décès et six jours au plus tard après celui-ci. Le temps pour organiser les obsèques est donc court. Il est possible de se faire accompagner pour tout ou partie par les organismes de pompes funèbres.

Se recueillir

Le cimetière communal est un lieu de mémoire. À ce titre, il est ouvert à tous dans le respect des règles de quiétude et de décence. Tous les visiteurs, y compris les professionnels, doivent respecter l'environnement général du cimetière, les monuments, les équipements, les bâtiments, les végétaux et pelouses. L'accès est interdit aux animaux, même tenus en laisse. Seuls les véhicules munis d'une autorisation peuvent circuler dans son enceinte.

Acheter une concession

Anticiper la préparation des funérailles

Pour l'inhumation au cimetière communal de Pantin d'un proche ou pour soi-même, il est possible d'acquérir :

  • une concession classique (soit un terrain de 2m2 environ),
  • une concession destinée à une urne funéraire, c'est-à-dire une place dans le columbarium.

Les concessions peuvent être :

  • familiales (conjoint, enfants, ascendants, descendants, collatéraux, tantes, oncles, etc.),
  • collectives (personnes désignées sur l'acte de concession),
  • individuelles.

À Pantin, les concessions de terrain sont délivrées pour une durée de 10, 30 ou 50 ans. Les concessions dans le columbarium sont d'une durée de 10 ans. Il n'existe plus de concession perpétuelle.

Le renouvellement d'une concession doit être fait par le concessionnaire -personne ayant signé l'acte- dans les deux ans qui suivent la fin de la durée prévue de la concession. Celles-ci font partie du patrimoine et sont donc transmissibles aux héritiers. Si les ayants droits ne les renouvellent pas, elles pourront être reprises par la ville.

Les démarches d'achat d'une concession se réalisent au centre administratif auprès du Pôle Population et Funéraire. Le pôle assure l'ensemble du suivi administratif de la rédaction de l'acte au paiement.

Assurer la succession

Dans le cadre d'une succession, la concession est répartie entre les différents héritiers de l'acheteur puis aux héritiers des héritiers sauf en présence d'un testament. Il est ainsi possible de léguer une concession. Si elle n'a pas été utilisée, elle peut être léguée à toute personne même étrangère à la famille. Si elle a été utilisée, elle ne peut être transmise qu'à un héritier en ligne directe. Dans tous les cas, la donation devra faire l'objet d'un acte notarié suivi d'un acte de substitution entre le donateur, le bénéficiaire et le maire.

Effectuer des recherches généalogiques

Les registres du cimetière, dont le premier date de 1876, sont disponibles en consultation. Le Pôle Population et Funéraire est là pour aider dans les recherches :

  • si la recherche est très large, un rendez-vous pour venir consulter les registres est proposé ;
  • si la recherche est bien définie (par exemple : noms précis, ou époque ne dépassant pas deux décennies), la recherche demandée est effectuée par l’équipe du Pôle. 

Une partie conséquente des registres est désormais informatisée afin de faciliter le travail des généalogistes. Il est également possible de faire des recherches au sein de la mairie. Les registres sont consultables au pôle Population et Funéraire pour les plus récents et au pôle Mémoire et Patrimoine, pour les plus anciens.

Deux siècles d'histoire :
Le cimetière communal de Pantin a ouvert ses portes en 1818. Il s'est étendu progressivement pour atteindre, au milieu du XXe siècle, sa taille actuelle de 4 ha. La commune a mobilisé des moyens importants pour assurer la pérennité de ce lieu de mémoire où sont inhumées deux grandes figures de son histoire (les maires Charles Auray et Jean Lolive). Soucieuse de préserver sa mémoire, la ville a érigé, en 2012, un monument des Morts pour la France, destiné à recueillir les restes des concessions non renouvelées de soldats tués au combat. Un jardin du souvenir est également prévu pour permettre à ceux qui le souhaitent de disperser les cendres des défunts sur le territoire de la commune.

Qui peut être enterré au cimetière communal ?

  • toute personne résidant à Pantin, quel que soit le lieu du décès,
  • toute personne décédée à Pantin, même si elle résidait ailleurs,
  • toute personne disposant d'une concession de famille dans le cimetière,
  • toute personne indigente ou sans ressources suffisantes.

La ville de Pantin, adhérente au Syndicat intercommunal funéraire de la région parisienne (SIFUREP), s'est engagée à offrir une sépulture décente aux plus démunis, en prenant en charge les frais d'inhumation.

Comment faire ?

Le Pôle Population et Funéraire accompagne dans différentes démarches comme :

  • l'achat ou le renouvellement d'une concession,
  • le paiement des frais liés à la concession,
  • la consultation des archives,
  • toute question pratique liée à l'inhumation et à l'organisation du cimetière.

Quels sont les tarifs ?

Les concessions du cimetière municipal sont achetées pour 10, 30 ou 50 ans. Le tarif est calculé au plus juste pour assurer l'entretien du cimetière tout en permettant à chacun d'y être inhumé.

 

Déclarer un décès en ligne 

Localiser